Interview : Mylène Ormerod, auteur "Les Ecailles de l'âme"

Par Esme-ralda

Mylene photo

 

Je remercie chaleureusement Mylène d'avoir accepté de répondre à mes questions.

Allez jusqu'au bout de la page une surprise vous y attend !

 

 

1-Mylène Ormerod, auteur de « Les écailles de l'âme », vivant au pays du sirop d'érable et d'Anne Robillard, peux-tu te présenter ?

 

Bonjour Aurélie, je voulais d’ores et déjà te remercier pour cette interview.

 

Oui, alors pour résumer en quelques lignes, je suis une grande rêveuse et j’adore lire. J’ai commencé à écrire vers l’âge de 16 ans, à cette époque j’étais très déprimée et c’est l’écriture qui m’a permis d’avancer bien qu’elle soit aussi la raison de beaucoup de souffrance. Il faut savoir que je suis dyslexique et que pendant longtemps j’ai détesté le français. Si au dépars j’ai écrit seulement pour me défouler, lorsque j’ai voulu partager ma passion je me suis rendu compte du fossé qui me séparait des autres et c’est vers l’âge de 25 ans que je me suis mise sérieusement à revoir mes bases. Il y a encore quelques soucis par-ci par-là, mais j’ai la chance d’avoir trouvé une merveilleuse correctrice qui sait me faire évoluer et grâce à elle, j’ai pu m’exprimer avec les Écailles de l’âme 

 

 

2- J'ai vu que t'as un blog littéraire. Es-tu avant tout une chroniqueuse ? Si oui qu'est ce qui t'as poussé à écrire ?

 

Oui, j’ai blog littéraire que je tiens avec Iléana, une écrivaine elle aussi XD. Donc avant toute chose, j’adore lire et mettre les auteurs en avant. Je sais combien il est parfois difficile d’aller au bout des histoires et notre Blog a pour but de mettre en avant ceux qui ont réussi à nous fasciner.

Si je me suis mise à écrire, c’était surtout parce que j’adorais me plonger dans des univers et puis j’avais besoin moi-même de m’évader, c’est ainsi que tout a commencé, pour fuir la réalité, je me suis inventé des mondes.

 

 

3- Ton livre est depuis peu en vente, fait partie du genre « fantasy ». Est-ce que c'est ton genre de prédilection ou bien ton histoire ne s'accordait qu'avec ce style ?

 

 

Je pense que c’est mon genre de prédilection même si je n’ai pas trop réfléchi au moment où je l’ai écrite. J’aime beaucoup la magie et comme j’ai toujours du mal à rester réaliste, l’univers m’est venu très vite. Mais je ne m’y cantonnerai pas, j’ai écrit un petit policier, qui j’espère, trouvera lui aussi une maison d’Édition, et j’ai plusieurs idées qui concernent plus la science-fiction. Je pense que je suis complètement instable en ce qui concerne le genre de mes histoires XD

 

 

4- « Les écailles de l'âme » est avant tout une histoire d'amour, vécue par deux êtres hors normes dont leurs destins sont immuables. Cet amour est extrêmement fort, véritable et pur malgré toutes les péripéties qu'ils doivent traverser. Pourquoi un tel contraste avec cette société assez sombre ? Que représentent-ils à tes yeux ?

 

Wymi et Azorru sont l’amour que j’ai toujours voulu avoir, inébranlable, magnifique et pur. Ils sont l’idéale de mon cœur et tout ce qui est sombre représente la noirceur du monde qui m’a toujours étouffée. S’ils traversent des épreuves des plus obscures c’était surtout aussi pour faire passer un message, dire que le plus abject des actes est de s’approprier un être, d’aspirer au pouvoir et de toujours vouloir plus. Mes personnages font les frais du désir des autres et doivent trouver en eux la force d’avancer. Je voulais aussi faire comprendre aux gens qui souffrent, qu’en eux, se trouve une force insoupçonnée. Et que comme Wymi et Azorru ils peuvent combattre. J’ai écrit cette histoire après avoir perdu un être cher, j’étais en colère… je pense aussi que c’est à cause de cela qu’il y a beaucoup de moments durs.

 

 

5- Quand je lis, je me pose toujours cette question sur les prénoms : ont-ils une signification particulière étymologiquement parlant ou sont-ils juste le fruit de ton imagination ?

 

 

J’aime beaucoup cette question, pour Nanu, Torry et Erzo, en effet je me suis inspirée du Latin, pour Azorru, j’avoue que je ne me souviens plus très bien, mais je pense que là aussi je me suis inspirée d’une langue pour la déformer. Le prénom de Wymi m’est venu tout seul et pour l’anecdote, c’est elle qui a nommé mon chat ^^

 

 

6- Tes trois personnages de départ sont symbolisés par la Haine, la Vengeance et l'Amour et l'héroïne est l’Incomprise. Ces trois sentiments puissants représentent les écailles de l'âme d'une seule et unique personne née de la fusion des trois. Qu’évoquent-ils pour toi ?

 

Ils sont pour moi des parts qu’il y a en chacun de nous, des parts qu’il faut combattre parfois et à d’autres moments qu’il faut laisser exploser. Pour moi, c’est la complexité humaine, ce qui fait que nous sommes entiers et un peu fous par moment.

 

 

7- Ton héroïne Wymi, sa mère et la future Suprême sont des personnages bouleversants. Est-ce trop osée de dire qu'elles sont des militantes féministes au milieu de cette société misogyne et patriarcale ?

 

 

Non ce n’est pas osé de le dire, peut-être le ressentirons-nous plus dans le Tome 2, mais en effet ce sont des femmes qui vont s’imposer. Déjà, Esilla était quelqu’un de fort qui ne supportait pas qu’on l’écrase ou la réduise à n’être qu’une procréatrice. Intérieurement, je ne supporte pas l’injustice et parfois je me sens étouffée en tant que femme dans notre société. Bien sûr, sur Travel c’est plus extrême, quoique très proche de notre monde. J’ai voulu un peu réveiller la femme en nous et j’avais espéré que cela énerverait. Mais parfois changer les choses c’est plus compliqué XD (ce n’est pas du tout un teaser pour le tome 2 ^^)

 

 

8- Parlons de cette société dirigée par le Suprême, mage aux pouvoirs et aux connaissances illimités. Il est le gardien et le protecteur. Il se bat contre les mages noirs corrompus mais contrairement la condition des femmes lui est complètement égal. Qu'as-tu voulu exprimer ?

 

Sur ce point, qui est plutôt important à mes yeux, ce que j’ai voulu exprimer c’est que la femme est l’égal de l’homme et qu’elle est tout aussi capable de diriger, de défendre et de se battre. Le Suprême même s’il agit parfois inconsidérément en a énormément conscience, surtout parce qu’il a eu une fille qui refusait de suivre les traditions. En cela, Esilla lui ouvre les yeux.

 

 

9- Dans ton quotidien, la situation des femmes battues est un sujet qui te préoccupe ?

 

 

Oui, je n’aime pas l’idée qu’une femme meurt à cause de son mari, je ne supporte pas l’idée en fait que quelqu’un utilise la force pour maîtriser quelqu’un d’autre et je voulais que dans mon livre on soit totalement écœuré par cela, car j’avais l’impression que certaines personnes, dans notre propre société, dédramatisaient ces actes, ou l’incombait à la femme par ses habits ou sa façon de parler. Wymi est libre, souvent nue et c’est elle qui décide, car même si elle est douce, elle a des idées bien arrêtées. Je ne dis pas à l’homme de s’écraser devant la femme, et c’est bien pour cela qu’il y a Azorru, je veux juste qu’on comprenne que la femme est l’égal de l’homme. Pour moi, ce message est important.

 

 

10- Je retiens également de ma lecture, le fait que tes différents protagonistes sont issus de peuples différents où la tolérance et le respect les uns avec les autres sont totalement impensables. Sauf Wymi issue d'une famille singulière. Elle symbolise à elle seule son unicité et comme quoi le mélange des cultures est une bonne chose. Que voulais tu exprimer à travers elle ?

 

 

À travers elle je voulais que les gens se disent qu’avoir peur de la différence ne menait à rien, à part perdre une opportunité de rencontrer quelqu’un. Je voulais faire comprendre qu’être différent est une bonne chose et que juger sur l’apparence n’amenait que de la douleur.

 

 

11- As-tu prévu une éventuelle suite, si non, quels sont tes futurs projets ?

 

 

Oui, j’ai prévu une suite que je suis actuellement en train d’écrire. Et d’ailleurs, ma plus grande peur est de ne pas être à la hauteur du Tome 1. (Je suis en mode stress depuis quelques jours) Sinon, j’ai plusieurs projets pour le futur, un policier « Royal Cat » qui sera plus réaliste. Les héros partiront à la recherche d’un chat, mais tout ne se passera pas comme prévu. Et ce qui devait être un jeu d’enfant devient quelque chose de sombre et sérieux, tout cela avec un peu de romance ^^ . Je suis en pleine correction avec elle et bientôt je partirais à la recherche d’un Éditeur, cette partie-là prend du temps donc je ne sais pas du tout quand elle sortira.

Puis, j’ai réfléchi aussi à une histoire de Science-fiction, là j’y parlerai davantage de la condition humaine, on pourra aussi la considérer comme une Dystopie, mais je ne vais pas trop en parler pour le moment, car elle n’est pas encore entièrement écrite.

Et il y a Trigon, la première histoire que j’ai inventée, la plus complexe et celle que j’ai le plus peur de divulguer. Il s’agit d’une histoire fantastique, elle reste réaliste tout en ne l’étant pas. Si j’arrive à la réécrire, elle serait en 6 tomes ou peut-être plus.

Voilà, cela représente un peu mon emploi du temps pour les prochaines années.

 

 

12- Pour finir. Tu as champ libre : mots pour tes futurs lecteurs et lectrices.

 

 

À mes lecteurs et lectrices, mon but en tant qu’écrivain est de vous faire pleurer, rire, aimer, rêver, et surtout de vous faire vivre de folles aventures pleines de surprises. Je sais que j’ai du travail et m’engage à toujours faire de mon mieux. Avoir vos retours est ce qui me rend le plus heureuse ! Alors, un grand merci à tous ceux qui me lisent, j’espère conquérir votre cœur un jour ^^

 

Et un grand Merci à toi Aurélie, je me suis bien amusée à répondre à toutes tes question.

 

 


Tout savoir sur la maison d'edition et où se procurer son livre, c'est ici : http://www.editions-mots-en-flots.com/

 


Voici un petit coucou de Mylène.

https://youtu.be/tVncpAoP4Uc

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau