Coup de gueule!

Thychat s'exprime

 

Il y a quelques jours, je suis tombée sur un article de monbestseller, site sur lequel j’ai posté les 100 premières pages de mon roman. Dans cet article, Amélie Antoine répondait aux propos d’Augustin Trapenard qui critiquait au grand journal de Canal + la présence de l’auto-édition au Salon Livre Paris.

La réponse d’Amélie Antoine, gagnante du prix Amazon des auteurs indés 2015, reste courtoise et objective.

http://www.monbestseller.com/actualite-litteraire-du-cote-des-auteurs/pas-de-parole-a-lautoedition-a-paris-livre-et-pourtant

Aujourd’hui, je tombe sur un article qui rebondit sur ces propos et dénigre l’auto-édition, en long en large et en travers.

http://www.livredumonde.fr/Le-salon-du-livre-vient-juste-de-fermer-ses

Je suis scandalisée par ce que je viens de lire ! Comment peut-on taxer les auto-édités ou auteurs indépendants de « non-auteur » ? Qui est cette personne qui se permet d’attaquer ouvertement Amélie Antoine et qui ne connait visiblement rien à l’auto-édition ?

Est-ce justement un auteur en mal de publication qui ne sait pas par où commencer pour se lancer dans l’auto-édition suite à de multiples refus de maisons d’édition ?

Car, oui, si certains choisissent la voix de l’auto-édition par refus, d’autres le fond par choix. Sont-ils des « non-auteurs » pour autant ? Publient-ils de mauvais livres?

Sachez que l’auto-édition demande un travail considérable. Que derrière le métier d’auteur, nous devons gérer toute la partie commerciale et éditoriale. Qu’il faut les épaules pour le faire et cela n’est pas donné à n’importe qui.

J’ai moi-même choisi le statut d’auteur indépendant par choix, je n’avais pas envie de passer des mois à attendre les réponses des maisons d’édition. Qui plu est, je n’entre probablement pas dans leur ligne éditoriale. J’ai fait une étude de marché et je n’ai pas vendu seulement 400 exemplaires en suppliant ma famille d’acheter mon livre, comme le stipule cet article de mauvaise foi. Zéphyr peut également être commandé dans toutes les bonnes librairies, encore un propos infondé de cet article !

Sincèrement, je ne pense pas que les éditeurs tirant à 10 000 exemplaires ne vendent que 400 ouvrages… D’où sortent ces chiffres ?

J’en profite pour rajouter que ma partenaire Aurélie Venem a rencontré tellement de succès sur Amazon avec sa série Les chroniques de Samantha Watkins qu’elle a été traduite en Allemand et en Anglais.

De plus, mon livre est arrivé 4ème dans sa catégorie au prix livraddict 2014. Sachant que les livres de ce concours sont sélectionnés par les organisateurs et que les auteurs ne peuvent pas s’y inscrire comme la plupart des autres concours. Cela prouve au même titre que le prix des auteurs Amazon indé qu’il y a de bons livres dans l’auto-édition.

Je prierai donc cette personne de se renseigner sur le sujet avant de poster un article virulent et de harceler notre chère Amélie Antoine sur Facebook !

2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau