Sphinx, de Christian Jacq

L'avis de Lirélie : Brutalement efficace ! (Coup de coeur donc !)

Afficher l'image d'origine

 

 

Résumé : Ils sont neuf. Neuf « supérieurs inconnus » répartis sur la surface du globe. Des alchimistes à l'œuvre depuis le temps des pyramides, détenteurs des secrets de la vie et garants de l'harmonie entre la nature et les hommes. À eux seuls ils forment un fil invisible que certains veulent rompre pour faire triompher le progrès technologique et les projets d'intelligence artificielle qui permettraient aux machines de prendre le contrôle du cerveau humain. Face à cette confrérie des neuf, réunis sous le nom de Sphinx, des ennemis se dressent : une poignée de pirates de la science, adeptes de l'argent roi et sans foi ni loi, sont prêts à tout. Depuis New York, ils décident de supprimer les « supérieurs inconnus » les uns après les autres. Mais c'est sans compter sur la détermination de Bruce, un journaliste d'investigation écossais redoutable. Avec la complicité du patron de son journal, Mark, héritier d'un empire atypique, il va chercher à comprendre ce qui se trame dans cette lutte souterraine de plus en plus sanglante. Quitte à se faire instrumentaliser ou neutraliser… Réussira-t-il à stopper ces meurtres en série et à préserver l'équilibre de la planète avant qu'il ne soit trop tard ? Le combat s'annonce redoutable, et l'enjeu pour l'humanité, terrifiant.

 

L'avis de Lirélie : Brutal. C'est le qualificatif qui me vient à l'esprit quand je pense à ce roman de Christian Jacq.
 

En effet, de l'intrigue aux personnages, en passant par le style d'écriture, tout est fait pour, et passez moi l'expression,  en mettre plein la tête au lecteur.

Emporté dans un tourbillon implacable de complots, de meurtres et de voyages autour du monde, ce dernier ne peut que retenir son souffle et suivre le programme que l'auteur lui a réservé, un  programme qui le mènera irrévocablement à la sensation tenace qu'il aura parcouru un marathon semé d'embûches duquel il ne ressortira pas tout à fait indemne.


Je dois dire que si, au début, j'ai eu quelques difficultés à m'adapter au nombre de personnages et au style ... brutal dont l'efficacité était permise par l'emploi d'un niveau de langage familier et de phrases courtes, j'ai vite compris les enjeux de ce choix narratif.


Face aux vélléités de domination de groupes prêts à tout pour éliminer les derniers garants d'une humanité valant la peine d'être sauvée, l'auteur a fait sauter les chichis et les tournures lyriques pour nous présenter un récit empreint d'une violence omniprésente.


Je suis personnellement ressortie de cette lecture éreintée nerveusement car outre le redoutable suspense de cette intrigue menée de main de maître, celle-ci développe des thématiques bien concrètes qui nous amènent à nous poser une foule de questions sur le monde dans lequel nous vivons.


Les ennemis de Sphinx cherchent à tout prix à faire triompher un modèle de société où l'humain, contrairement à ce qui s'était produit à la Renaissance, n'est plus au centre du monde. Là, au contraire, toutes les technologies dites du futures cherchent à mettre l'Homme au dernier plan. Comment devrait on appeler cette époque alors face à l'espoir suscité par l'humanisme du XVIe s. ? La décadence? Telle est le genre de question que pose Christian Jacq, qui n'hésite pas à utiliser des événements d'actualité comme les attentats de Paris, avec la montée du serpent Daesh pour servir son histoire et par - delà,  des idéaux dont on sent la volonté d'être partagés.


L'auteur nous interpelle donc, à travers ce thriller génial, sur la nécessité de toujours s'interroger sur les motivations et les intentions des Grands qui dirigent le monde, que ce soit dans la lumière ou dans l'ombre. Cette interpellation juste et nécessaire m'a pourtant mise mal à l'aise au regard de la fin choisie dans cet ouvrage, m'amenant à me demander : sommes-nous de taille ?


Aucune idée. Ce que je peux dire, c'est que ma lecture de Sphinx fut un coup de coeur parce qu'elle réunissait les ingrédients pour me heurter et m'émouvoir en même temps : un suspense implacable, une résonance dans notre temps et un avertissement pour le futur que les jeunes générations se doivent d'écouter.


Merci donc aux éditions XO d'abord pour ce service presse, et surtout à Christian Jacq qui a si bien su utiliser sa plume pour alerter sur les dérives d'une mondialisation sauvage dans un monde qui, entre fanatisme religieux et recherche du progrès à tout prix, en oublie son principal occupant: l'être humain.

 

Ma note pour Sphinx de Christian Jacq :

*****

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau