Quand cesse le chant des sirènes - Xavier Seyracq

 

quand-cesse-le-chant-des-sirenes.jpg

 

Présentation de l'éditeur:

Un train à quai. Le silence absolu. Un homme dans un compartiment, seul et perdu. La gare est déserte. Le temps semble ne plus exister, ni même la respiration légère du moindre souffle de vie. Et puis des pas précipités qui surgissent dans le couloir du wagon ! Le sentiment de flotter dans les airs comme un esprit, qui s'achève... Une fille pénètre dans le compartiment. Première apparition d'un visage aimé. Le temps ! Où est le temps qui passe ? Pourquoi suis-je en pyjama sur ce quai de gare ? Pourquoi ne parviens-je pas à rattraper Marie, le seul amour de ma vie ? Pourquoi mes amis me tourmentent-ils ? Que se passera-t-il quand cessera le chant des sirènes du passé ?

 L'avis de Thychat:

Je tiens à remercier Xavier qui a eu la gentillesse de me faire découvrir son livre.

Le quatrième de couverture m’intriguant énormément, c’est donc avec impatience que j’ai commencé les premières pages.

Xavier Seyracq nous entraîne dans un univers assez curieux où les scènes s’enchaînent, nous donnant sans arrêt l’impression d’évoluer dans le brouillard.

Louis est un homme jeune que tout le monde semble prendre pour un vieux monsieur, dont le but est de retrouver Marie, son amour de jeunesse à qui il n’a jamais déclaré sa flamme.

Il est entouré d’un tas de protagonistes, tous plus farfelus les uns que les autres, qui feront tout pour l’empêcher d’atteindre son but. Les réactions de ces personnages sont assez déroutantes et je me suis souvent demandé où cela allait nous mener.

Bien que ce livre arrive à nous tenir en haleine et à susciter notre curiosité tout au long de l’histoire, les révélations peinent à venir, ce qui laisse le lecteur dans le flou trop longtemps.

La fin m’a quant à elle un peu déçue, car j’aurais aimé plus de réponses.

En résumé, un livre intrigant qui se lit très rapidement.

Ma note:

7/10

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau