Les plus terribles affaires de sorcellerie de Louise - Marie Libert.

L'avis de Lirélie : Bénis soient les esprits éclairés.

  Couverture de Les + terribles affaires de sorcellerie Présentation de l'éditeur:

Dans l’imagination populaire, la grande vague hystérique de sorcellerie, de sabbats et de procès terrifiants de cruauté, avec leurs interrogatoires sadiques et l’horrible issue du bucher, est indissociable de l’image d’un Moyen Âge obscurantiste.

Or, la majorité des hallucinants procès de sorcellerie se déroulèrent du XVe à la fin du XVIIIe siècle et servirent à focaliser, sur des boucs émissaires, la colère d’une population mise à mal par les famines et les guerres interminables.

Le dégoût et la peur qu’inspirent les maléfices – potions répugnantes, meurtres rituels d’enfants,… – au peuple justifient des exorcismes obscènes et des procès accompagnés de tortures effroyables. Cependant, derrière ce tableau effarant de la sorcellerie « ordinaire », se dessine une autre réalité, celle des faux procès de sorcellerie qui sont en fait des règlements de comptes politiques déguisés, bien plus nombreux qu’on le pense. Cet autre visage de l’usage d’accusation de sorcellerie recèle bien des surprises et révèle de curieux mystères…

L'avis de Lirélie : D'abord , je remercie les éditions La boîte à Pandore pour ce service presse. Ayant travaillé lors de mes jeunes années (snif elles sont loin) sur la violence et la criminalité au XVIIIe siècle, je ne pouvais que sauter sur cette monographie, pile dans ce que j'aime, historiquement parlant.

Nul besoin d'être sadique pour s'intéresser à ce genre de sujet. Il suffit d'être curieux de comprendre comment des hommes ayant été bercés par des discours sur la foi chrétienne, en vinrent à la bafouer allègrement au nom de Dieu. Et de découvrir avec horreur jusqu'où leurs bas instincts ont pu alors s'exprimer.

Que valent mes voleurs et mes criminels normands découverts dans les registres des archives de Rouen, comparés aux inquisiteurs et aux suppôts des tribunaux civils chargés de faire reconnaître à des individus leur culte du Malin ?

Comme le dit Louise - Marie Libert, pas grand chose. Il suffit de regarder jusqu'où ils sont allés avant, pendant et après la question (aux brodequins par exemple : très sympa comme supplice: on vous place les membres entre des planches qu'on resserre ensuite jusqu'à exploser vos os). Beurk.

L'auteure ici ne s'intéresse pas tant ici néanmoins aux supplices des inquisiteurs qu'à l'identité des personnes accusées de sorcellerie. Si les femmes sont les plus touchées, on constatera que les hommes ne sont pas à l'abri de la psychose concernant une accointance avec le Malin.

Par de nombreux cas précis, dont certains assez célèbres (Jeanne d'Arc, Gilles de Rais, les sorcières de Salem), l'auteure brasse les peurs et les complots qui ont amené un nombre impressionnant de personnes au bûcher.

J'ai trouvé intéressante sa volonté d'aller au bout du sujet avec une conclusion débordant sur notre époque. Si pour nous la sorcellerie revêt un caractère amusant pour Halloween, elle cause encore la mort de dizaines de personnes dans le monde en raison de la difficulté pour certaines populations de délaisser des pratiques peu éclairées. Ainsi, les exorcismes ou la chasse aux albinos sont encore monnaie courante dans certains pays.

D'où mon titre. Bénis soient les esprits éclairés ! Je suis heureuse d'être une femme en France au XXIe siècle car malgré des restes de misogynie et une inégalité encore pénible entre les sexes, la femme est libre.

Je pense que ce livre, par ce rappel de l'hystérie collective provoquée par la croyance aveugle dans les discours haineux de soit disant serviteurs de Dieu et l'ignorance crasse de la véritable valeur de l'Homme, démontre que l'espoir ne réside qu'en la connaissance et l'acceptation de l'Autre.

Il est effectivement inquiétant de voir combien la bêtise et l'inculture engendre aujourdhui de plus en plus de violence. Il suffit de regarder du côté de cette ordure d' El Baghdadi de l'EI dont les discours abracadabrantesques et parfaitement ineptes - au moins autant que sa personne qui mériterait.... ( je vous laisse deviner)- engendrent des attentats contre des libres penseurs. Comme aux siècles passés.

La connaissance donc. N'en déplaise à certains arriérés auxquels j'exprime sans aucun remords mon mépris le plus souverain, la connaissance n'est pas incompatible avec Dieu. Sinon pourquoi nous aurait-Il fait naître, hommes et femmes, avec un cerveau ?

Je vous laisse méditer là - dessus. En attendant, je ne peux que vous conseiller la lecture des Plus terribles affaires de sorcellerie, de Louise - Marie Libert, dont vous verrez, en parcourant ces pages, que son jugement est au moins autant tranché que le mien.

Ma note donc : ****

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau