Les plus grands meurtriers, Paul Roland

L'avis de Lirélie : Éclairant et passionnant

1507 2

 

Résumé : À travers le parcours meurtrier de tueurs en série, de violeurs ou même de dictateurs célèbres, découvrez les méthodes de profilage du FBI notamment. Vous comprendrez que décoder les mécanismes des psychopathes est primordial pour les appréhender et les mener devant la justice.

 

L'avis de Lirélie : Je remercie vivement les éditions Jourdan pour ce service presse édifiant sur la nécessité de protéger l'enfance par tous les moyens quand on sait que les crimes les plus abominables viennent bien souvent d'individus ayant subi des traumatismes pendant leur jeunesse.

J'ai d'abord été un peu surprise en ouvrant le livre car je m'attendais à un descriptif des plus grands tueurs de l'histoire comme l'indiquait le titre. Or, la préface présente dès le départ l'angle qui sera abordé dans l'ouvrage : celui de l'importance du profilage pour la résolution de crimes sanglants. Honnêtement, je me suis dit que je préférais ça à un banal listing d'exactions menées par des tordus qui méritent mille fois l'Enfer pour leurs actes.

Mon intérêt par la suite a parfaitement été contenté. Comme la 4e de couverture le spécifiait, l'auteur s'est arrangé pour utiliser un vocabulaire abordable pour tous et a très bien mis en lumière la valeur qu'un profil psychologique peut avoir pour une enquête.

Si les faits décrits sont souvent insoutenables, notamment quand il s'agit d'enfants, la distanciation permet d'aller au bout de la lecture justement parce que l'accent est mis sur l'apparition de cette science du comportement développée par les enquêteurs du FBI. C'est intéressant de voir l'évolution de celle-ci et les acteurs qui lui ont permis de prendre une vraie place dans le processus de résolution des affaires criminelles. Loin d'édifier cette science comme exacte, ce qui serait pour le moins stupide étant donné l'obligation pour le profileur, comme le dit l'auteur, de rester humble, cette ouvrage démontre son utilité.

Comme dans l'excellent livre de Benoît Amez sur les couples de tueurs, on remarquera encore que les mauvais traitements physiques ou psychologiques subis pendant l'enfance entraînent une disposition plus importante à la violence sur des individus. Le chapitre sur la personnalité d'Hitler est édifiant au possible et j'ai appris des choses concernant son rapport aux femmes que j'ignorais.

La violence innée ou acquise est ici une sorte de fil rouge, évoqué comme la question qui a guidé les psychiatres pendant des années. La réponse n'est ni ferme ni définitive car chaque cas est différent mais on ne peut qu'être désespéré en voyant combien de ces sadiques ont subi pendant leur prime jeunesse des abus innommables. Cela n'excuse en rien ce qu'ils ont fait, direz-vous (à juste titre), comme cela n'est pas la règle générale : un enfant battu ou violé ne reproduira pas forcément ce qu'il a vécu. Or, ce que le livre explique bien et que je trouve fascinant, c'est bien la gestion de la souffrance de l'enfant maltraité. En fonction de celle-ci, elle pourra déclencher des comportements violents auxquels il faudra être attentif pour empêcher une escalade vers des actes de plus en plus brutaux.

Comme je le disais dans ma chronique sur Les couples de tueurs en série, la société doit regarder du côté de ses propres déviances pour empêcher les meurtriers comme ceux qui nous font pâlir d'horreur de continuer à voir le jour. Ce qui, à l'heure actuelle, malheureusement, s'accentue.

Que ferons-nous ? Que feront les gouvernements ? Car sans prise de conscience collective et d'attention particulière de tout un chacun, on ne pourra que constater un crime au lieu de l'empêcher.

 

Ma note pour Les plus grands meurtriers, de Paul Roland :

****

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau