Les Kergallen, Tome 3 : Nina - Aurore Aylin (Coup de coeur)

L'avis de Lirélie : SUBLIME ET TOUCHANT

Image

 

Résumé : Auprès des Kergallen, Nina la révoltée a trouvé un certain équilibre. Mais cet apaisement est mis à mal par la présence silencieuse et étrangement distante de l'homme qu'elle aime, retrouvé après une trop longue séparation et de nombreuses épreuves. Ils ont changé, l'un et l'autre, mais sauront-ils accepter ce qu'ils sont devenus pour aller de l'avant ? Lorsque Nina, taraudée par le passé, se lance dans une quête très personnelle et y entraîne Marzhin, se présente peut-être l'occasion pour eux de conjurer leurs blessures. Et, qui sait, d'apporter une réponse à la question que se posent tous les Kergallen : pourquoi la magie ne touche-t-elle que les femmes ?

 

L'avis de Lirélie : Que dire des Kergallen hormis le fait que c’est une famille de magiciennes complètement dingues ? Je dirais que c’est devenu l’une des sagas littéraires développant un univers magique et celtique que je préfère.

Pour être parfaitement transparente avec vous, chers lecteurs passionnés par mes chroniques si percutantes et si humbles (hum…), je m’entends très bien avec l’auteure des Kergallen, la pétillante et non moins « Cruelle » (c’est un sobriquet que nous lui avons donné) Aurore Aylin, avec laquelle j’ai sympathisée sur Facebook dans notre petite communauté d’écrivains un peu frappadingues. On pourrait donc ici me taxer de ne pas être très objective pour faire cette chronique. Or, c’est justement en totale impartialité que je vais vous parler des sentiments qui m’ont animée pendant la lecture de Nina.

D’abord, il convient de rappeler que Nina est en fait celle qu’on connaît sous le nom de Viviane, l’amante d’un certain Merlin l’enchanteur, que l’auteure a rebaptisé ici « Marzhin ». Après avoir été séparés des milliers d’années, les voilà réunis grâce à leurs descendants (oui oui), la famille bretonne la plus déjantée de France (avec celle des De Chânais d’Ysaline Fearfaol) : les Kergallen.

Suite à une transformation et à des tortures ayant laissé des traces, Nynève/Nina et Marzhin doivent tout réapprendre l’un de l’autre et surtout, réapprendre à s’aimer comme autrefois. Ce n’est pas évident, d’autant qu’à la poursuite de leur passé, ils vont ramener un ennemi qui va bouleverser la vie du clan Kergallen autant que la leur.

Si j’avais aimé le tome 1 et adoré le tome 2, je dois dire que le tome 3 surpasse les précédents. Le cocktail humour, tendresse familial, amour profond, aventures, drame, passion et magie, est si prenant qu’on a du mal à s’arracher au livre ne serait- ce que pour se préparer à manger ou aller aux toilettes. Aucun temps mort.

Et aucun moment de répit pour notre pauvre petit cœur. J’ai vraiment été touchée par Nina et Marzhin, que ce soit par leur parcours semé d’embûches (euphémisme au regard de ce qui leur est arrivé), ou par leur redécouverte mutuelle après 3 000 ans de séparation. Leurs blessures émotionnelles, terribles, ne pourront être réellement guéries qu’en passant outre leurs craintes de l’un et l’autre. Une romance ici vraiment touchante. Ne serait-ce que parce qu’il n’y a pas de phase de séduction pour des gens qui n’ont jamais cessé de s’aimer mais que tant d’épreuves ont  séparé.

J’aime également cette présence toujours drôle et à propos de la famille au complet, avec les personnages des anciens tomes qui évoluent désormais en couple au milieu de la foule de leur famille siphonnée. Et c’est le genre de famille qui fait apprécier les moments de chamaillerie ou de camaraderie qu’on a vécu avec les membres de la nôtre.

Par conséquent, c’est le genre de livre qui rapproche, en vous raccrochant à des souvenirs heureux, ou bien en vous accrochant à la perspective d’en créer.

C’est la magie Aurore Aylin, je pense. Une écriture qui fait écho à la bonté et l’espièglerie qu’on a en nous. C’est en tout cas ce que moi, j’ai ressenti. Et sans parti pris. Vraiment.

C’est pour cela que je m’empresserai de lire le tome suivant, et celui d’après… Et celui encore d’après.

Parce que Les Kergallen, quoi qu’on en dise, ils ont beau être envahissants et bruyants, eh bien on les aime.

On ne peut pas faire autrement.

 

 

Ma note pour Les Kergallen, tome 3 : Nina, de Aurore Aylin :

*****

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 18/06/2016