Le Dernier métro pour Artala, Ena Fitzbel

L'avis de Lirélie, une fantasy bien écrite

102574 aj m 7984

Résumé : Dans le lointain pays d’Artala, les nobles sont dotés de la jeunesse éternelle. L’on raconte qu’Érato, leur impétueuse reine, use de magie pour la leur procurer. Mais la réalité est tout autre… Le jour où son secret est mis en péril, Érato décide de faire appel à Orfef, un ancien lieutenant de sa garde personnelle, banni quelques années plus tôt. Pour aller le trouver aux confins du royaume, elle s’adresse au meilleur ami de celui-ci, Silas, son chef des armées. Le voyage serait bien plus simple pour Silas s’il n’était pas accompagné du premier lieutenant d’Érato, la piquante Nausicaa, qui l’attire plus que de raison. Laissez-vous entraîner dans un tourbillon d’action et de sentiments sur fond de fantasy. Le dernier métro pour Artala vous attend !

 

L'avis de Lirélie : L'univers développé par Ena Fitbel dans Le dernier métro pour Artala est original et bien pensé. En effet, une reine arrogante et assoifée de pouvoir parvient à rester sur le trône depuis plus de quatre-vingt ans grâce à un élixir de jouvence qui lui offre jeunesse et longévité. Quand le passage servant à se procurer ce fameux élixir est menacé, elle demande à Silas et Nausicaa d'aller chercher le seul homme capable de trouver une solution à cette situation.

Cette quête d'Orfef à travers Artala est un moyen pour l'auteur de nous faire découvrir le monde qu'elle a imaginé à travers les yeux de ses personnages, et notamment ceux de Nausicaa, la 1ère lieutenante de la reine, non habituée aux excursions hors du palais. Pétrie d'arrogance, elle va devoir vite se calmer face à l'hostilité que son comportement déclenche, et va apprendre aux côtés de Silas qu'être noble de naissance ne fait pas de vous quelqu'un de supérieur pour autant. Bon... Quand je dis, elle va apprendre...

Je n'ai jamais vu un personnage avec une telle tête de bois. J'en étais à la limite de vouloir qu'elle se prenne une bonne râclée pour qu'elle arrête un peu son cinéma. Le pire, c'est que même quand Silas, bien entraîné, a le dessus sur elle, ça ne lui suffit pas, elle remet le couvert et l'agresse pour un oui ou pour un non. Franchement! Au début, on comprend que c'est parce qu'elle a toujours vécu dans un cocon doré qu'elle se comporte ainsi et on se rappelle qu'en Artala, être jeune est synonyme de richesse et de pouvoir alors que les rides annoncent mort et médiocrité (en tout cas, les nobles le perçoivent ainsi). Mais le hic, c'est qu'elle continue à se comporter comme une petite fille à baffer, passant son temps à insulter Silas ou Orfef, même quand elle est contente. Je pense que ce qui m'a dérangé, c'est que justement, Nausicaa n'est ni une petite fille ni une adolescente contrairement à ce que son physique peut laisser croire. Elle prend elle aussi de l'élixir de jouvence et ne fait pas son âge, comme qui dirait. Donc, la "maturité" ainsi qu'un entraînement difficile pour devenir 1er lieutenant de la reine auraient dû lui mettre du plomb dans la tête et lui faire acquérir la maîtrise de ses nerfs comme de sa langue. Ouais...

C'est mon (et j'insiste bien sur le "mon") point noir dans ce livre. J'ai vu d'autres avis que le mien et j'ai pu constater que le personnage de Nausicaa plaît à certains lecteurs. C'est très bien, car même si personnellement, j'ai eu du mal à adhérer à la psychologie du personnage, on ne peut enlever à l'auteure d'avoir créé une héroïne qui a un sacré tempérament.

Pour le reste, je dois dire que l'ensemble est bien écrit, sachant que le choix du présent de l'indicatif pour la narration, original dans une fantasy (du moins dans ce que j'ai lu), nous immerge réellement dans l'action. L'auteure a particulièrement travaillé la description des sentiments masculins dans cette oeuvre où la romance pour le coup, va à contre-courant de ce qu'on a l'habitude de voir.Originalité donc.

La fin est bien trouvée même s'il faut veiller à se concentrer pour tout bien comprendre parce que les révélations s'enchaînent, et on achève le livre avec le sentiment d'avoir passé un agréable moment de fantasy.

 

Ma note donc Le pour Dernier métro pour Artala : ***

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau