La septième vague - Daniel Glattauer (Coup de coeur)

L'avis de Thychat

la-septieme-vague.jpg

Présentation de l'éditeur:

Leo Leike était à Boston en exil, le voici qui revient. Il y fuyait la romance épistolaire qui l'unissait en esprit à Emmi. Elle reposait sur trois principes : pas de rencontres, pas de sexe, pas d'avenir. Faut-il mettre un terme à une histoire d'amour où l'on ne connaît pas le visage de l'autre ? Où l'on rêve de tous les possibles ? Où les caresses sont interdites ? «Pourquoi veux-tu me rencontrer ?» demande Leo, inquiet. «Parce que je veux que tu en finisses avec l'idée que je veux en finir», répond Emmi, séductrice. Alors, dans ce roman virtuose qui joue avec les codes de l'amour courtois et les pièges de la communication moderne, la farandole continue, le charme agit, jusqu’au dernier mail…

 L'avis de Thychat:

Après avoir tourné la dernière page de « Quand souffle le vent du nord » Léo m’a beaucoup manqué, à tel point que je n’ai pas pu résister. J’ai acheté la septième vague le jour suivant, pour me replonger avec plaisir et impatiente dans cette relation fusionnelle d’échange de mails.

Pour moi, cette histoire n’aurait pas dû être coupée en deux, un seul et même tome aurait parfaitement convenu !

Dans ce second tome, on est frustré au début de relire sans cesse ce message automatique vraiment désespérant. Quand les choses évoluent enfin, c’est avec mille précautions que Léo et Emmi vont tour à tour se rapprocher, se blesser, pour enfin s’éloigner de nouveau… Un tome dur et à la fois palpitant où Léo va se dévoiler davantage en nous offrant un mail sur le « point de contact » absolument bouleversant ; un mail magique, émouvant, qui m’a profondément touchée.

Si on sent bien que la relation Emmi/Léo est fusionnelle, Emmi reste toujours sur ses gardes et ne montre pratiquement rien de ses sentiments… jusqu’au souvenir qu’elle laisse à Léo. Un moment très fort qui reste gravé dans ma mémoire.

Ce que je reproche à ce tome, c’est cette impression de stagnation à certains moments, les mails tournent parfois en rond. Cela est un peu lassant et déprimant à la fois, car on aimerait que les choses avancent.

Heureusement, la fin m’a beaucoup plus, même si dans ces derniers mails, j’ai entraperçu la limite du style épistolaire. La narration m’a beaucoup manquée à ce moment-là.

En résumé, une lecture très addictive ; un vrai coup de cœur.

Ma note:

9/10 Coup de coeur

Quand souffle le vent du nord - Daniel Glattauer

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 18/06/2016