La meute de Chanais, tome 1 : Aymeric, par Ysaline Fearfaol

L'avis de Lirélie : Hautement jubilatoire

51mxeef8zgl aa324 pikin4 bottomright 47 22 aa346 sh20 ou08

 

Résumé : Yseult Chandrett, historienne de son état, s’est installée dans une petite ville bretonne pour fuir une rupture douloureuse avec son fiancé. Elle n’aspire qu’à vivre en paix et ne veut plus rien savoir des hommes. Mais même si elle se sent bien dans sa nouvelle vie, elle fait des rêves étranges depuis son arrivée, des rêves dans lesquels elle voit un immense loup noir aux yeux gris qui semble l’appeler.
Aymeric de Chânais, membre du puissant et redouté clan du même nom, est un être sombre et violent, torturé par un terrible secret, qui attire les filles comme le miel attire les abeilles, mais étrangement, il ne s’intéresse à aucune, contrairement à sa bande de cousins, qui ne se privent pas pour collectionner les conquêtes.
Leurs chemins finissent par se croiser, et contre toute attente, Aymeric comprend que la jeune femme qui s’obstine à l’ignorer est peut-être celle de qui viendra son salut...

 

L'avis de Lirélie : Cela faisait longtemps que je voulais lire la saga "au poil" si je puis dire, d'Ysaline Fearfaol, qui nous a intelligemment mis l'eau à la bouche sur sa page facebook en nous proposant des visions affriolantes de beaux mâles susceptibles d'incarner les loups-garous qui constituent sa meute (d'où l'expression "au poil", regardez les photos et vous comprendrez...). Quand je parle de beaux mâles, c'est un euphémisme...

Evidemment, donner des vapeurs aux lectrices est un atout majeur pour un auteur et ici, Ysaline Fearfaol y parvient sans problème en nous proposant en guise de personnages, des couvertures de magazines puissance 10 millions de 20 milliards. Impossible de ne pas transpirer à l'évocation du physique des Adonis de la meute du Chanais ! Quoique...

Une seule femme, un jour, va mettre à bas l'insolente beauté de l'un d'eux en le ridiculisant pour de bon dans une scène d'anthologie qui m'a bien fait rire. Cette femme, c'est Yseult Chandrett, venue dans la ville où les de Chanais règnent en maître pour oublier ses déboires amoureux (son ex mérite la palme du plus horrible "asshole", dit en anglais ça fait moins gore; je n'ose traduire même s'il le vaut bien) et cette démonstration d'indépendance n'est pas sans attirer la curiosité de cette bande de "Musclors" en herbe, et notamment l'un d'eux, le plus sombre et le plus violent, Aymeric. Ce dernier vit sous le coup d'une malédiction qui le brise au quotidien et à la seconde où son regard se pose sur Yseult, quelque chose le pousse à se demander si cette jeune femme peut le sauver. Pour le savoir, il faut lire ce tome...

Pour ma part, je me suis régalée du début à la fin. L'ensemble est bien construit, l'histoire tient très bien la route et chose que j'adore, ce sont les touches d'humour omniprésentes, même dans les situations critiques. Une romance pour une romance, bèrk, quel ennui. Moi, j'aime quand il y a des sentiments qui éclosent au fur et à mesure (pas trop vite sinon ça devient vite barbant) et qu'une multitude d'aventures et d'obstacles rendent le tout trépidant, sans oublier l'humour obligatoire.

Dans la Meute de Chanais, on retrouve ce cocktail même si quand même, j'ai trouvé qu'Aymeric ouvrait son coeur un peu vite. Cela n'enlève rien au plaisir que j'ai pris à me plonger dans ce récit. On découvre le quotidien d'une meute de loups-garous avec en arrière-plan des légendes celtiques, ce qui donne à l'ensemble une touche d'originalité par rapport à ce qui s'écrit en général dans ce genre de littérature.

La bande de grands costauds bodybuildés n'a rien de superficiel malgré leur physique parfait. Leurs liens sont très forts et on apprécie les diverses joutes verbales qui ponctuent l'intrigue.

Ai-je parlé des filles? Ici, Ysaline Fearfaol nous régale avec un groupe de louves complètement déjantées, plus violentes que les garçons qui filent droit devant elles. La fin, dont je ne dirai rien, avec Blodwyn, vaut franchement le détour.

Bref, je compte bien m'offrir le tome 2 de cette saga, non pas parce qu'Ysaline Fearfaol a présenté une photo d'Aloys du Chanais méritant un 20 sur 10 dans le chaleuromètre des hormones féminines, mais tout simplement parce que c'est le genre d'histoire et de personnages attachants qu'on aime à suivre, pour le meilleur et pour le rire...

 

Ma note pour La Meute de Chanais, tome 1: Aymeric : *****

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 04/07/2015