La geste des exilés, tome 1 : Pacte obscur, de Bettina Nordet

L'avis de Lirélie : Une lecture aussi paradisiaque qu'infernale ^^

Sans titre 3

 

 

Résumé : Je suis flic, et à part une petite bizarrerie et un sérieux manque de sex-appeal dont je me passerais bien, ma vie est plutôt sympa. Mais un soir tout vole en éclat. Traquée par des types bizarres, je me retrouve baby-sittée par mon nouveau boss, un type beau à tomber aux instincts meurtriers peu rassurants, qui semble éprouver à mon égard une allergie aussi violente qu’inexplicable. Alors, telle Alice, je plonge dans le terrier du lapin blanc ; sauf que, dans mon cas, la curiosité n’y est pour rien : mon imbuvable garde du corps m’y a poussée. Bien décidée à retrouver ma vie et les miens, je rue dans les brancards, mais les échos d’une prophétie plus vieille que le monde pourraient bien finir par me rattraper et m’en empêcher. Je vais tout faire pour me sortir de ce guêpier, même si, je dois bien l’admettre, il y a quelques compensations : des beaux mecs comme s’il en pleuvait. Et dire que je me plaignais que mon carnet de bal était vide...

Pièce maîtresse d’une lutte de pouvoir immémoriale, entraînée au cœur d’un tourbillon de violence et de sang, Jana découvre peu à peu que tout ce qu’elle croyait savoir n’est qu’un leurre, et que la frontière entre les bons et les méchants n’est peut-être pas aussi tranchée que ce qu’en disent les traditions millénaires.

 

L’avis de Lirélie : C’est assez drôle finalement que j’ai mis si longtemps à lire le 1er tome de l'oeuvre de Bettina Nordet, quand on sait qu’à chaque fois que je tape le nom de ma saga sur amazon et que j’ai la liste, « La geste des exilés » est juste après mes bouquins. Par conséquent, je connaissais la couverture depuis un bon bout de temps et elle m’attirait déjà. J’ai fini par pousser plus loin la curiosité et franchement, je ne le regrette pas !

Honnêtement, l’auteure a développé en parallèle de son histoire, une vision des anges et des démons tout à fait surprenante et instructive à la foi. Je me suis laissé aller à penser à Once upon a time, tellement les vérités qu’on connaît sont loin de la réalité. C’est vraiment, à ce niveau, un roman très original.

Ensuite, il y a plusieurs points que j’ai littéralement adorés et le premier d’entre eux est sans conteste l’effet quelque peu « dégradant », que l’héroïne fait aux pédophiles qu’elle croise de par son métier. Mon Dieu ! Si on pouvait avoir ça dans la réalité ! Et que ces salopards puissent se retrouver aussi blessés et humiliés que les enfants qu’ils martyrisent !!! Aaaahhh ! Je dois dire que ma rage à l’égard de ces rebuts de l’humanité à trouvé un porte-drapeau en la personne de Jana. Vive Jana, fais-les se pisser dessus !!! (désolée pour le langage fleuri mais c’est un sujet qui me hérisse tellement que j’en perds ma politesse). Bref.

Changement de sujet . Parlons politesse.

Au secours.

À ce niveau, je ne dis pas, mais alors pas du tout « Vive Jana ».  Vous connaissez l’expression « jurer comme un charretier » ? Eh bien ici, les charretiers du monde entier blêmiraient en entendant parler l’héroïne.  Certes, elle a de quoi se mettre en pétard et quelques unes de ses sorties sont plutôt drôles. Mais côté vocabulaire, ne vous attendez pas à du Ronsard, Jana et sa façon de dire les choses sont plus que non censurées. Lol.

Ce n’est pas un problème. Si elle était bête comme ses pieds, j’aurais sûrement refermé le livre, mais là, ce n’est pas le cas et on passe facilement sur ce côté tranché. Surtout grâce aux références en tout genre dont nous abreuve la protagoniste tout au long de ses découvertes sur le monde où elle débarque. On peut passer du Seigneur des Anneaux à Matrix ou à Sex and the City en un clin d’œil et ça fait rire à tous les coups car non seulement cela répond aux codes culturels du lecteurs (si variés qu’il y en aura pour tout le monde), mais cela permet aussi de dédramatiser certaines scènes où la tension est terrible. C’est bien vu. Moralité, Jana est un personnage qui vaut le détour par ses sorties et ses références, et elle ne manquera pas de vous faire rire. C’est un atout du point de vue interne que d’immerger le lecteur dans l’esprit du héros et ici, eh bien il y a de quoi faire et c’est tant mieux.

Pour ce qui est des autres personnages, j’ai trouvé tout de suite très intéressante l’idée de départ de faire en sorte que Kell ait du mal à supporter Jana, d’autant plus quand on comprend pourquoi et comment les choses évoluent. Je n’avais jamais vu ça et pour un récit sur le surnaturel, il n’est pas toujours évident de sortir des sentiers battus. Franchement, les lieux consacrés, c’était une super idée.

Les autres personnages sont intrigants et leurs capacités sont impressionnantes (Phen!!). Tout comme les liens qui vont se dessiner entre Jana et eux.

C’est justement ce côté de l’intrigue, qui renverse tout ce qu’on aurait pu supposer, qui m’a plu. Jana fait face à un inconnu totalement déstabilisant, les deux extrêmes  à savoir le Paradis et l’Enfer, étant présentés d’une manière à la fois instructive et originale qui ne manqueront pas de perdre la jeune femme encore et encore.

La situation finale est une mise en bouche frustrante pour un tome 2 que je ne pourrai que m’acheter tant je veux connaître une suite qui, si j’en crois les avis des uns et des autres, ne manque pas non plus de péripéties.

 

Donc ma note pour La geste des exilés, tome 1 « Pacte Obscur »  de Bettina Nordet :

*****

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau