La fleur des Highlands - Anna Lyra

L'avis de Lirélie : Une romance historique qui a du charme

51rhxwuz3ml aa324 pikin4 bottomright 54 22 aa300 sh20 ou08

 

Résumé : Le 14 août 1561, le destin de Marguerite bascule. Simple dame de compagnie de la veuve du roi de France, l'Écossaise Marie du clan Stewart, elle accepte d'user de sa ressemblance avec elle afin de l'aider à reconquérir son trône... Pendant que la véritable Marie Stewart part à cheval déguisée en homme, Marguerite prend sa place dans le carrosse royal escorté par une délégation de Highlanders. Elle qui n'a jamais quitté la cour va se retrouver propulsée dans l'inconnu, sur les routes de France et d'Angleterre, jusqu'à cette contrée lointaine et sauvage qu'est l'Écosse. Mais de tous les dangers qu'elle devra affronter, le plus périlleux sera sans doute de se confronter aux yeux de glace d'Alistair MacDonald, et à son envoûtante virilité. Car une folle attirance pousse bientôt Marguerite vers ce guerrier séduisant ombré de mystère, au passé lourd de secrets. Tout les sépare, et l'avenir promet de les éloigner irrémédiablement. Le destin de l'Écossais resurgit soudain, contraignant Marguerite à de nouveaux choix. Doit-elle aider l'homme qui fait battre son cœur à retrouver sa place au sein de son clan, quitte à décevoir la reine Marie ? Écoutera-t-elle son cœur malgré cet amour impossible ? 

 

L'avis de Lirélie : La rencontre entre civilisations différentes crée souvent dans les récits de fiction, un fil conducteur passionnant du fait de toutes les aventures découlant des préjugés des uns et des autres. 

La fleur des Highlands n'échappe pas à la règle car on y observe des quiproquos, des dangers, des aventures et de la sensualité, dans un cadre franco-anglo-écossais du temps de Marie Stuart (la pauvre n'a pas connu une fin heureuse, elle). Loin d'être une étude sociologique à la Claude Levi-Strauss sur les différences de comportement entre anglais se disant "civilisés" et écossais considérés comme des brutes, nous sommes ici clairement dans une monographie de type romance historique, avec tous les codes qu'on peut lui attribuer.

Ainsi, Marguerite, l'héroïne habituée aux fastes de la cour de France sous Catherine de Médicis (XVIe siècle), quitte son confort et ses idées romanesques pour se confronter au monde réel en se faisant passer pour Marie  Stuart (belle-fille de Catherine de Médicis et reine de france par son mariage avec François II), laquelle, après son veuvage et habillée en homme, cherche à regagner l'Ecosse dont elle est également reine. Le subterfuge est destiné à duper d'éventuels assassins.

Escortée par des guerriers des Highlands, Marguerite va se rendre compte que les chevaliers de ses fantasmes se rapprochent finalement de ces hommes qu'elle avait mal jugés (notamment en raison de l'odeur...).

C'est une lecture rapide et plaisante qui vous attend avec ce roman qui nous permet d'apprendre quelques coutumes écossaises des temps jadis. J'ai aussi aimé le rappel aux jeunes filles que les romances, c'est bien, mais qu'il ne faut pas pour autant croire que les personnages qu'on y décrit sont ceux que vous rencontrerez dans la vie réelle. Il y a fantasmes (bonne chose pour s'évader l'esprit) et il y a vérité. D'où l'intérêt de varier ses lectures pour ne pas s'enfermer dans un seul genre. L'héroïne, ainsi, comprend que l'écossais puant qui la nargue sans cesse, est bien plus courageux que les bellâtres qu'elle s'imagine depuis son enfance. Elle se rend également compte que les combats grandioses de ses livres sont bien loin de l'horreur des hommes transpercés par des lames mortelles.

Il n'empêche, c'est une histoire d'amour, et le personnage masculin est viril à souhait. Donc, ne vous attendez pas à un maigrelet tout juste bon à soulever une cuillère de son potage, mais plutôt à une armoire à glace mal dégrossie aux longs cheveux blonds et au caractère de cochon.

L'Ecosse a décidément le vent en poupe avec Diana Gabaldon, Anna Lyra, Aurore Aylin et autres, mais force est de constater que ces guerriers si fiers donnent matière à des récits palpitants.

Il semble que noblesse de coeur et courage soient moins fréquents de nos jours, d'où la volonté d'aller les chercher plusieurs siècles en arrière. Non, j'oubliais ! Nous avons des héros fictifs hauts en couleur sur lesquels reporter notre besoin d'amour "courtois" : Christian Grey et Hardin Scott !

Mouhahahaha!

Moralité, si vous ne vous êtes pas encore laissé tenter par La fleur des Highlands, c'est le moment où jamais !

 

Ma note pour La fleur des Highlands : ****

 

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 20/08/2015