Kate Middleton, Duchesse de Cambridge par Bertrand Meyer-Stabley

L'avis de Lirélie : Une biographie édifiante, un portrait enthousiaste

Ka 2 edited

 

Résumé : Une jeune fille du peuple appelée à devenir reine d’Angleterre : c’est le parcours extraordinaire de Son Altesse Royale la duchesse de Cambridge. Depuis son mariage avec le prince William, le 29 avril 2011, la presse anglaise n’en finit pas de s’émerveiller. Kate Middleton a séduit les Britanniques et le monde entier qui ont fait d’elle la nouvelle icône du XXIe siècle. Le public loue sa simplicité, son équilibre et son don pour la maternité. Mais gare aux chausse-trapes. Son couple est scruté, sa famille guettée, son style étudié à la loupe et ses enfants, George et Charlotte, sont la cible des paparazzis. Sans oublier ce scénario machiavélique que certains courtisans voudraient voir se dessiner pour l’avenir de la Couronne, bousculant l’ordre de succession. Dans cette biographie complète qui retrace le parcours presque sans faute de la jeune femme et explore toutes les facettes de sa vie, Bertrand Meyer-Stabley apporte un éclairage fascinant sur la mystérieuse alchimie qui unit le royaume à sa princesse. Il nous raconte sa vie quotidienne à Londres et dans le Norfolk, nous ouvre les portes de son boudoir et nous convie à entrevoir son jardin secret.

 

L'avis de Lirélie : Je ne suis pas une adepte des biographies. En général, malgré l'intérêt que je porte aux personnages, elles finissent toujours par m'ennuyer. Il faut vraiment que quelqu'un m'intrigue pour que je me lance malgré mes réticences, et cela fait quelque temps que Kate Middleton m'intrigue. Il était logique donc que je saute sur la proposition de service presse des éditions Jourdans que je remercie vraiment pour l'envoi de cet ouvrage consacré à la nouvelle princesse des coeurs des Anglais.

J'avais envie de connaître le parcours de cette rôturière devenue héritière du trône d'Angleterre et je dois dire que je suis satisfaite de ma lecture. Je n'avais surtout pas envie d'un dossier paparazzi avec commentaires acides et inutiles tels qu'on peut en lire dans les magazines à potins, non. Je souhaitais un état des lieux des étapes menant cette jeune femme à son statut actuel et les épreuves qu'elle a traversées en ce sens.

Dans un style enthousiaste et respectueux, oserais-je dire parfois pompeux?, Bertrand Meyer-Stabley nous transmet sa passion évidente pour la famille royale britannique et pour la duchesse de Cambridge en particulier. J'ai apprécié ce sentiment d'un auteur qui est véritablement investi dans son écriture, donnant donnant et donnant tout ce qu'il peut pour que le lecteur ait une idée aussi claire que possible du milieu et des personnages qu'il dépeint (un milieu totalement différent du nôre, je vous l'assure). 

N'étant pas fashionista dans l'âme, je ne me suis pas forcément régalée de toutes les mentions de tenues de créateurs jalonnant l'ensemble, néanmoins, comme j'apprécie vraiment le style vestimentaire de Kate Middleton que je trouve absolument élégante, j'ai retenu de ces informations que c'était une femme de goût, n'hésitant pas à mêler haute couture inabordable pour le commun des mortels et vêtements bon marché. C'est intéressant au regard de son parcours.

L'auteur est remonté aux origines rôturières de ses parents et a bien démontré l'ascension fulgurante de ceux-ci grâce à leur entreprise d'accessoires pour fête. C'est donc grâce à l'acharnement professionnel de deux personnes aimantes au demeurant, que Kate a finalement pu rencontrer son prince. Ce qui est intéressant, c'est que Kate n'a jamais vraiment été une fille du peuple dans le sens où elle a fréquenté très tôt la bonne société dans les écoles qu'elle fréquentait. Cependant, cette jeune personne a été pointée du doigt en ce sens par des aristocrates bien nés qui ne connaissent de la vie que les porsches de papa. Victime de harcèlement scolaire, elle a dû, comme bon nombre d'élèves "normaux", combattre l'exclusion.

La suite s'avère plus calme jusqu'à sa rencontre avec William. Si comme moi, vous aviez trouvé que le téléfilm sur leur couple (il y en a un) était d'un goût de guimauve à l'eau de rose écoeurante, vous pourrez trouver votre compte dans l'énonciation des faits ici. L'auteur, Dieu merci, présente les choses avec un certain recul malgré son admiration évidente pour les tourtereaux, et on arrive enfin à comprendre le pourquoi du comment on en est arrivé là. On apprend notamment que comme tous les couples, le leur a battu de l'aile pendant un temps, ce qui a expliqué l'aspect tardif de leur mariage après dix ans de relation. On se doute aussi que William avait été largement échaudé par celui de ses parents (perso je le comprends!).

C'est là qu'on entre dans une autre sphère, celle de la "Katemania" qui m'a franchement fait halluciner. Bertrand Meyer-Stabley décrit avec beaucoup de réalisme la façon dont la princesse, depuis ses fiançailles, a suscité un engouement à la limite de l'hystérie collective, nous faisant comprendre pourquoi Diana, plus fragile et plus jeune lors de son accès au titre, a fini en dépression pendant les 3/4 du temps. Une question se pose alors : Mais comment fait-elle pour résister ?!

Honnêtement, plus j'avançais dans la lecture du livre, allant du mariage du siècle (que j'avais suivi en 2011; mon Dieu sa robe !!!!!) au Royal Baby/ies, plus je ressentais un énorme élan de compassion pour Kate. Poursuivie en permanence par une horde de hyènes dépravées... euh pardon, des paparazzis, photographiée, épluchée dans tous les sens, critiquée à tout bout de champ (et sa famille est loin d'être épargnée), je me dis que je ne supporterais pas le quart du tiers de ce que vit cette femme. Je suis tranquille chez moi à écrire mes petites chroniques et je pense que de son côté, elle doit placer ses lèvres pour un sourire éternel respectant le code du no pain, no complain (à peu de chose près la bonne formulation) en murant la porte de ses émotions afin que personne ne puisse lire en elle pour ensuite la traîner dans la boue. Rien que pour ça, je suis heureuse de m'habiller chez Auchan et Mim plutôt que de porter du Jenny Packham (je ne sais même pas comment ça s'écrit) et des diamants valant des millions de livres. 

Je peux me targuer de pouvoir me gratter le nez quand l'envie m'en prend, tout le monde s'en fiche. Mais elle ! On va lui diagnostiquer une opération chirurgicale ayant mal tourné ou alors un cancer foudroyant ! Fichtre et crotte !

Je terminerais donc cette longue chronique (comme d'hab) en (re)disant que j'ai beaucoup aimé cette lecture. On y apprend énormément, l'auteur est une vraie mine d'informations, au point que je me demandais où il allait les pêcher, et on sent véritablement le respect et non le voyeurisme cupide derrière tout cela. 

 

D'où ma note : 

****

 


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 22/06/2016