Candice Baylee de Ludivine Morand

L'avis de Lirélie

Image 27569 1 20304 1 9323 1 38646 1 62228

Résumé :

Candice est une journaliste londonienne qui vient d’être recrutée par un grand journal. C’est une jeune femme solitaire ayant peu de liens avec sa famille et elle vit en colocation avec une autre jeune femme très différente d’elle. Le jour où sa vie bascule commence par le fait qu’elle apprend qu’on a retrouvé le cadavre de sa colocataire. « Légèrement » choquée, l’héroïne déambule dans les rues de Londres et comme poussée par une force invisible, elle se retrouve devant une porte étrange, qu’elle va emprunter, mue par une curiosité inexplicable.

C’est ainsi qu’elle se retrouve propulsée dans un monde qui ne peut être le sien vu que d’une part, elle ne rêve pas, et que d’autre part, les gens qui l’accueillent semblent tous la connaître et la respecter pour son statut de « sauveuse ». En effet, en apprenant qu’une prophétie la désigne comme l’élue d’un peuple désespéré par les ténèbres grandissantes distillées par l’impitoyable Camélia et le mystérieux Delvishia Falling Ins, Candice va non seulement tomber des nues, mais aussi devoir apprendre à préserver sa vie de toutes les forces obscures qui ne rêvent que de la lui prendre.

 

L’avis de Lirélie : Amatrice de Fantasy, je suis toujours réceptive aux récits mettant en scène des personnages de notre monde basculant dans un univers totalement étranger, répondant aux codes qu’on peut trouver dans Le seigneur des anneaux ou encore L’épée de vérité : chevaliers, créatures mythiques, pouvoirs étranges.

En ce qui concerne le fond de l’histoire, Candice Baylee s’inscrit tout à fait donc dans ce que j’aime. L’héroïne doit s’adapter à ce nouveau monde dont elle ignore tout, il y a quelques incompréhensions assez drôles d’ailleurs avec les autres personnages, notamment quand elle décrit son cocktail favori dont elle aurait aimé boire une gorgée pour se remonter le moral.

Il y a une pression sur elle qui est intéressante car comment passer du simple statut de citoyenne lambda qui fait son boulot correctement à celui de « sauveuse » aux pouvoirs magiques extraordinaires que de nombreuses personnes rêvent d’assassiner ?

Evidemment, pour donner du piquant à cette affaire, Candice est accompagné de personnages hauts en couleurs. Il y a Lewis et Eden, le magicien et son farfadet, ainsi qu’un autre allié de poids, guerrier efficace et mystérieux qui l’attire irrésistiblement (personnellement, j’adore les guerriers musclés et mystérieux qui défendent des héroïnes faussement fragiles).

Sur le fond donc, je trouve le récit plein de potentiel, l’intrigue donnant envie d’en savoir plus. A priori, c’est une saga en plusieurs volumes donc il faut s’attendre à de nouvelles péripéties pour l’héroïne, dont on se demande quel sera son destin à l’issue de ce premier opus.

Il faut quand même avertir le lecteur que c’est une histoire complexe pour laquelle il faut être attentif à ne rien rater. Il m’a fallu parfois revenir en arrière pour être bien sûre d’avoir tout compris, surtout en ce qui concerne la nature de la mission de l’élément neutre, à savoir Candice Baylee. Il y a des grimoires, un médaillon et quatre éléments essentiels à la compréhension de l’intrigue donc si vous êtes fatigué(e) au moment où vous en arrivez à leur mention, veillez à garder vos yeux bien ouverts ou tout simplement remettez la lecture au lendemain pour ne pas zapper une information importante (c’est ce que j’ai fait).

En ce qui concerne le contexte spatio-temporel, je trouve un peu dommage qu’on apprenne le nom du pays dans lequel l’héroïne est tombée (Landelia) qu’un bout de temps après qu’on ce soit posé la question. D’autre part, m’étant imaginé le déroulement des événements en fonction de ce que j’avais déjà lu en fantasy et en fonction de la description de Silvery town qu’on trouve au début, où l’auteure parle d’un château et de paysans travaillant la terre, j’en ai déduit qu’on évoluait dans un environnement médiéval. Du coup, j’ai été désarçonnée quand Candice, dans ce même château, va prendre une « douche » (eh oui, ce n’était pas l’époque Center Parc, que voulez-vous !), ou quand plus loin, elle allume une lampe de chevet ou que le magicien Lewis parle de « lampes torche ». Ayant fait part de cette réflexion à Ludivine Morand, elle m’a gentiment éclairée sur le fait que tout se déroulait dans une atmosphère un peu intemporelle s’expliquant par la frontière un peu floue entre les deux mondes : Landelia et le nôtre, frontière qui va encore davantage se réduire dans le tome 2 apparemment.

Elle m’a aussi garanti que les réponses aux questions que je me posais sur certains personnages bien trop mystérieux à mon goût, seraient dans ce deuxième volume. En effet, j’aurais aimé avoir plus de précisions sur le grand méchant, en l’occurrence « Delvishia Falling Ins », qui est mentionné, qui apparaît à un moment donné et qui disparaît tout aussi vite. Qui est-il ? Que veut-il ? Comment dirige-t-il ce royaume ténébreux dont il est le roi ? Comment la guerre avec le peuple de Silvery Town a-t-elle été déclarée ? J’espère vraiment que ces aspects seront plus largement développés par la suite. Même chose pour Devil dont finalement on ne sait rien, ni sur son histoire, ni sur ses motivations ; toutefois, je peux comprendre la volonté de suspense sur ce personnage-là tout du moins.

En conclusion, ce qui est important c’est de dire que l’histoire de Candice Baylee est intéressante, qu’elle a un beau potentiel et que l’auteure a largement la possibilité de développer son univers pour en faire une très belle saga.

 

SourireSourireSourire

 

3 votes. Moyenne 4.67 sur 5.

Commentaires (1)

Rêves et Imagines
  • 1. Rêves et Imagines (site web) | 18/01/2015

Merci pour cette chronique qui m'éclaire sur cette saga ! Je suis l'auteur sur FB, les extraits étaient attrayants mais j'hésitais à me lancer !! Maintenant si j'ai un creux dans mon programme lecture, je sais que je devrais me lancer !!

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 15/01/2015