Anita Blake, Tome 14 : Danse Macabre - Laurell K. Hamilton

L'avis de Thychat

anita14.jpg

Présentation de l'éditeur:

L'ardeur d'Anita vient d'atteindre un nouveau palier : vampires et métamorphes se bousculent pour devenir les esclaves de son pouvoir. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, Anita est simultanément confrontée à une terreur bien plus banale et néanmoins tout aussi
redoutable : celle d'être tombée enceinte. Parmi ses nombreux amants, qui peut bien être le père de son
bébé ? Et comment réussira-t-elle à concilier son travail de
marshal fédéral et d'exécutrice avec l'éducation d'un
enfant ?

L'avis de Thychat:

Cela fait 4 ans que je suis cette série avec passion. Elle a toujours eu quelque chose de spécial, un univers et une ambiance à part qui arrivent toujours à se démarquer. C’est vraiment le point fort de l’auteur. Mais si Anita a toujours été un de mes personnages préférés, presque un modèle même, tant par sa force de caractère que ses valeurs, elle commence vraiment à descendre dans mon estime au vu de ses choix dans les derniers tomes.

Dans ce tome, Laurell K. Hamilton, nous offre une alternance de passages addictifs, puis ennuyeux. Nous assistons à des dialogues et descriptions souvent inutiles, qui m’ont donné l’impression de « chipoter » ou de donner « un prétexte » aux choix que faisait Anita.

Bien que certaines scènes de sexe servent l'histoire et les enjeux de pouvoirs, j’ai du mal à concevoir qu’Anita arrive à vivre avec un Harem d’hommes toujours plus nombreux qu’elle dit aimer à la folie… Pour moi, c’est impossible d’aimer autant d’hommes à la fois et je sais que je vais me faire des ennemis, mais je reste fidèle à Richard. Au vu des révélations, je pense que c’est le seul personnage qui aime Anita de façon sincère, sans « magie ».

La fin du livre est assez laborieuse, malgré des enjeux toujours plus importants pour la communauté vampirique. En effet, les trop nombreuses scènes de sexe m’ont un peu lassée et ne servent pour la plupart que de prétexte à l’auteure pour raconter ses expériences sexuelles. Car, oui, ça sent le vécu à plein nez. Voici un petit extrait pour vous faire une idée :

« Je les pris chacun dans une main. Au début, je n’arrivais pas à les branler en même temps. Je ne parvenais pas à partager mon attention entre eux de manière égale ; or, mieux vaut être concentrée quand on manipule ce qu’un homme a de plus fragile. Mais l’entrainement a fini par payer, et maintenant, ma technique est au point. J’ai enfin trouvé un domaine dans lequel je suis ambidextre. »

Pour les fans d’Asher, Laurell K. Hamilton nous offre un rapprochement qu’on n’attendait plus, mais qui sent le réchauffer, c’est dommage… Finalement, dans ce livre, il m’a manqué toute cette partie émotionnelle et tension sexuelle qui a totalement disparu depuis plusieurs tomes.

Malgré ce gros point négatif, Anita arrive toujours à me faire rire de par ces notes d’humour par-ci par-là. J’attends tout de même avec impatience ses retrouvailles avec Olaf qui nous promettent un tome mouvementé et dangereux à la hauteur des premiers.

En résumé, un univers toujours plus riche qui donne envie d’en savoir plus, mais beaucoup trop de sexe.

Ma note:

8/10 pour l'originalité

Anita Blake, tome 15: Arlequin - L.K. Hamilton

Anita Blake, Tome 16 : Sang noir - Laurell K Hamilton

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau